Accueil > ... > Le budget > Les chiffres 2017

Les chiffres 2017

Lien utile : Les comptes des communes (Côte-d'Or)

 

Le budget 2017 a été adopté en séance du conseil municipal du 4 avril. Toujours sous contraintes, du fait de la continuité de labaisse desdotations de l’etat, le budget de Fontaine-lès-Dijon est le résultat d’une maîtrise forte des dépenses de fonctionnement pour compenser cette ponction gouvernementale. Dans ce contexte économique difficile, la situation financière de la ville demeure néanmoins satisfaisante. Le budget est le témoin de la bonne gestion de la ville, puisqu’il permet de prévoir la réalisation d’importants travaux de rénovation et d’aménagement sans recours à l’emprunt et en maintenant les taux de la fiscalité locale.

  

FONCTIONNEMENT

Les dépenses réelles de fonctionnement sont de 7 036 478,66 €, en baisse de -6,82% par rapport à 2016 (7 551 827,99 €), soit une baisse de -515 349,33 €. Parmi les plus grandes dépenses liées au fonctionnement de la Ville de Fontaine-lès-Dijon, il faut souligner :

  • Les charges de personnel : les dépenses de personnel représentent en effet le plus gros poste de dépenses, avec 3 885 000 € (4 000 000 € en 2016). Elles sont en baisse de -2,88%, soit une diminution de -115 000 €. Cette baisse est le fruit des efforts de gestion et de la réorganisation des services déjà engagée en 2016 et qui doivent se poursuivre en 2017, afin d’assurer une optimisation des ressources et une évolution contenue de la masse salariale.
  • Les charges à caractère général : le budget primitif 2017 présente une enveloppe globale de 2 330 575 € (2 560 900 € au budget 2016), en baisse de -8,99%, soit une diminution de 230 325 €, notamment en raison de nouveaux marchés pour l’électricité et le gaz, la suppression de la téléalarme et du portage des repas...
  • Les charges de gestion courantes : ces charges correspondent aux “subventions aux associations”, à la subvention de fonctionnement au CCAS et aux indemnités des élus. L’enveloppe est de 442 300 € (482 500 € au budget 2016).

 Les recettes réelles de fonctionnement sont de 7 393 358 €, en baisse d’environ -4,64% par rapport à 2016 (7 753 106 €), soit une baisse de -359 748 €.

   


INVESTISSEMENT  

Les dépenses réelles d’investissement s’élèvent à 2 069 400 €. On note une évolution d’environ +4,82% par rapport au budget 2016.
Les dépenses d’équipement sont de 1 473 800 €. Parmi ces dépenses, on distingue : 

  • Les immobilisations incorporelles : elles correspondent aux frais d’études et de logiciels, pour un montant de 17 000 €. 
  • Les immobilisations corporelles : ce sont les dépenses d’investissement liées aux travaux et équipements, pour un montant de 976 800 €.
  • Les immobilisations en cours : le montant de 480 000 € correspond au projet de réhabilitation des locaux, rue colonel Clerc, destiné à l’accueil périscolaire de l’école élémentaire des Carrois (280 000 €) et aux travaux d’aménagement au parc des Combottes (200 000 €).
  • Les emprunts et dettes assimilées : il s’agit du remboursement en capital des emprunts pour un montant de 495 600 €.
  • Les dépenses imprévues : une enveloppe de 100 000 € permettra de financer, si besoin, les dépenses imprévues. 

Les recettes réelles d’investissement s’élèvent à 443 170,03 €.
Elles comprennent principalement, en dotations et fonds divers, le fonds de compensation de TVA de 150 000 €. Les restes à réaliser s’élèvent à 78 550 € (solde des subventions pour le terrain synthétique et le bassin). L’affectation du résultat envisagée de 243 170,03 € et l’autofinancement de 1 862 422,50 € permettent de compléter le financement de l’investissement.

 


LES PRINCIPAUX INVESTISSEMENTS 2017

165 100 € : entretien des bâtiments scolaires (dont la rénovation totale de la toiture à la maternelle des Portes-Feuilles et divers travaux sur l’ensemble des groupes scolaires…)

455 400 € : rénovation de divers bâtiments publics (dont la rénovation totale de la toiture des anciens tennis couverts, le chauffage de l’église, la poursuite de la réhabilitation intérieure des locaux de l’Espace Clos Guillaume - ancienne gendarmerie - et poursuite des travaux de mise en accessibilité des bâtiments suivant la programmation définie dans l’agenda d’accessibilité programmée…)

480 000 € : études et provisions pour travaux d’aménagement (dont la réhabilitation des locaux rue Colonel Clerc pour l’accueil périscolaire de l’école élémentaire des Carrois, la poursuite de l’aménagement du parc des Basses Combottes...)

61 700 € : nouveaux aménagements (dont l’installation d’une aire de jeux le long de la coulée verte derrière la rue Majnoni, les trottoirs…)

57 000 € : équipements liés à la sécurité (vidéo-protection, extincteurs, détecteurs de fumée…)

77 800 € : matériels divers (équipement des 3 écoles primaires de matériels de vidéo-projection, auto-laveuses, matériel spécifique bibliothèque…)

26 000 € : matériel informatique (écoles, bibliothèque, services municipaux)

25 000 € : reprise de concession cimetière


À PROPOS DES TAUX D’IMPOSITION et des taxes...

5 316 197 € en 2017 (5 346 915 € au budget 2016). L’évolution porte uniquement sur l’évolution des bases fiscales qui comportent une plus grande part d’exonération. Il est à noter que le budget 2017 est construit sans augmentation des taux communaux des impôts locaux. 

Les taux des 3 taxes locales (taxe d’habitation, taxe sur le foncier bâti et taxe sur le foncier non bâti) sont maintenus par rapport à 2016.
Taxe d’habitation 8,44%
Taxe sur le foncier bâti 17,81%
Taxe sur le foncier non bâti 88,79%

  

COMMENT SONT FINANCÉS LES INVESTISSEMENTS ?
La Ville de Fontaine-lès-Dijon optimise les dépenses d’investissement sans recours à de nouveaux emprunts et sans augmentation de la fiscalité locale.
La part d’autofinancement, capacité de la Ville à rembourser sa dette et à financer les investissements par ses propres ressources, est conséquente. L’autofinancement est composé à 1 868 022,50 € de dépenses de fonctionnement (virement à la section d’investissement de 1 678 022,50 € et de 190 000 € de dotations aux amortissements) et de 5 600 € de recettes d’ordre transférées en dépenses d’investissement.